Press "Enter" to skip to content

La jacinthe des bois

 

 

Au mois d’avril, les sous-bois des forêt de chênes, de charmes ou de hêtres, s’illuminent de bleu : les jacinthes des bois sont en fleur. Nous les reconnaissons avec leurs grappes de fleurs bleu azur, parfois blanche, qui s’inclinent sur un côté de la tige. Chaque fleur est une clochette allongée et odorante. Les tiges jaillissent parmi une rosette de feuilles linéaires, bien vertes et luisantes.

 

 

 

La jacinthe des bois, Hyacinthoïdes non-scripta, est également appelée jacinthe sauvage, scille penchée ou endymion penché. Cette appellation « Endymion penché », qui reprend l’ancien nom savant de la plante, Endymion nutans, fait allusion au port de la fleur, penché, alangui, comme Endymion. Ce personnage mythologique, un berger ou un roi, selon les poètes, fut à la demande de Séléné, déesse de la Lune, endormi par Zeus dans un sommeil éternel ; la déesse amoureuse préservait ainsi pour toujours la beauté remarquable de son amant.

Le sommeil d’Endymion – Cima da Conegliano

 

 

 

L’odeur agréable et les fleurs en clochettes rappellent la jacinthe des fleuristes, dont l’origine sauvage est Hyacinthus orientalis, une fleur originaire d’Asie occidentale introduite en Europe au 16ème siècle: son bulbe gros comme un bel oignon donne dès la fin février une fleur appréciée pour son parfum et ses couleurs. Plus de 2000 cultivars (espèces horticoles) ont été sélectionnés et nommés ; les jardiniers ont multiplié les coloris et cherché à densifier les clochettes.

 

 

Hyacinthe est un personnage de la mythologie grecque, beau jeune homme aimé d’Apollon et de Zéphyr le dieu des vents. Celui-ci était jaloux, et un jour, tandis qu’Apollon et son protégé se divertissaient en lançant le disque, Zéphyr de son souffle détourna le projectile qui frappa mortellement Hyacinthe. Le sang de celui-ci fut transformé en fleur, en … Hyacinthus orientalis si on observe les tableaux reprenant le mythe.

La mort de Jacinthe – Le Caravage – Musée de Cherbourg

La jacinthe sauvage est peu utilisée en phytothérapie, cependant en homéopathie elle est connue sous le nom d’Agraphis nutans. C’est un remède assez peu connu, mais efficace chez les jeunes enfants perturbés  par de grosses végétations ou de grosses amygdales.